Comment reproduire un dessin facilement

reproduire-dessin-techniques-de-peintre.fr

Un problème de taille…

Il arrive que nous soyons contents d’un croquis que nous avons griffonné sur le coin d’un carnet ou sur une feuille de brouillon; mais comment le reproduire sur une toile pour en faire une peinture ?
Le problème se pose aussi au moment de transférer un dessin détaillé qui a déjà demandé des heures de travail.

A la difficulté de garder la spontanéité du geste original s’ajoute celle de changer d’échelle sans avoir l’assurance d’être satisfait du résultat.

Alors, êtes-vous prêt à gagner un temps précieux, tout en respectant vos croquis ?

Passer du croquis à la toile

Je vais vous montrer les 2 solutions que j’utilise régulièrement. Vous pourrez vous servir de l’une ou l’autre selon le travail que vous aurez à faire.

Reproduire un dessin par quadrillage

dessin-oiseau-quadrillage

La technique du quadrillage est la plus vieille des méthodes de transfert et d’agrandissement d’image connue par les peintres les plus anciens.

Elle est toujours utilisée par beaucoup d’artistes peintres et elle le sera certainement encore pendant longtemps.

C’est une technique qui demande de la concentration, mais elle ne demande que très peu de moyens à mettre en œuvre et reste efficace en toutes circonstances.

Comment faire ?

Voici la méthode à suivre : vous faites un quadrillage sur le dessin original en traçant, par exemple, des lignes verticales et horizontales tous les 2 centimètres.
Vous pouvez aussi tracer ce quadrillage sur un film transparent pour le réutiliser ensuite.

Sur le support à peindre, vous réalisez le même quadrillage.

Si votre but est aussi d’agrandir le dessin, il vous suffit de changer l’échelle des carreaux. Simple non ?

Exemple : si vous voulez que le dessin soit une fois et demie plus grand que l’original, vous tracez les lignes tous les 3 cm

Une fois que les deux quadrillages sont en place, il vous faut attribuer des numéros à chaque colonne puis des lettres à chaque rangée, comme à la bataille navale ! Ces annotations serviront de repères pour la suite.

Ensuite, il vous faut reproduire ce que vous voyez dans chaque carreau en vous aidant des chiffres et des lettres. Que voyez-vous en E-4 ? en D-5 ? etc.

Simple et efficace, même pour les dessins les plus complexes.
Un peu long ? OK – touché, coulé !

Avantage :
La technique du quadrillage permet d’entretenir sa propre capacité à dessiner, en dessinant ce qu’il y a dans chaque carreau, on reste dans une démarche d’observation des contours, des formes, des espaces vides…

Reproduire un dessin par projection

projecteur-dessin-techniques-de-peintre

Vous manquez de temps pour utiliser les quadrillages ? La deuxième technique est donc pour vous.

C’est celle dont je me sers le plus souvent et que je vous conseille fortement d’utiliser, en particulier si vous voulez agrandir une image.

La technique de la projection n’est pas toute jeune non plus, elle a commencé avec Léonard de Vinci en 1490.

Gardée secrète par les peintres, elle a connu son essor au 16e siècle avec l’invention des lentilles convexes et concaves qui ont nettement amélioré le concept de base de ce qu’on appelle la « Camera Obscura » (la chambre noire).

Le principe, le voici :

La Camera Obscura est une boîte noire avec un tout petit orifice sur l’une des faces. Grâce à la lumière du jour, les images de l’extérieur passent par ce petit trou et sont projetées naturellement (à l’envers et inversée) à l’intérieur de la chambre noire.

image en coupe du principe de la camera obscura ou chambre noire

Les modèles améliorés de la Camera Obscura portatifs du 16e siècle sont munis d’une lentille pour focaliser l’image. Cette image est réfléchie par un miroir incliné puis projetée sur un écran translucide. L’image est à l’endroit, mais toujours inversée.

image en coupe du principe de la camera obscura du 16e siècle ou chambre noire

Les Maitres hollandais tels que Johannes Veerner et Constantijn Huygens ainsi que d’autres de leurs contemporains auraient utilisé la Camera Obscura pour peindre les chefs-d’œuvre hyperréalistes que nous leur connaissons.

image en coupe du principe de la camera obscura du 16e siècle certainement utilisée par le peintre vermeer

Voilà pour la petite histoire.

Bon, ce qui nous intéresse, c’est de pouvoir projeter une image sur un support à peindre.

Pour ça il existe aujourd’hui 3 outils valables :

  1. le rétroprojecteur
  2. le vidéoprojecteur
  3. l’épiscope

1 – Le rétroprojecteur

Nous avons tous connu le rétroprojecteur dans nos salles de classe où le professeur nous projetait, sur un écran blanc, une carte géographique ou un graphique de statistiques… Ça vous dit quelque chose ? Pour vous rafraichir la mémoire, le voici en image :

rétroprojecteur pour agrandir une image

Le modèle de chez Nobo est celui que j’utilise depuis des années, sa puissance permet un travail en très grand format. Je recommande !

L’engin existe toujours et, bonne nouvelle : vous pouvez vous en servir pour votre art ! Pour ça, vous aurez besoin de feuilles transparentes imprimables spécialement conçues pour votre imprimante. Celles-ci par exemple.

2 – Le vidéoprojecteur

Le vidéoprojecteur lui, se branche sur un ordinateur par câble USB. C’est un système à la fois plus simple et plus compliqué que le rétroprojecteur.

  • Plus simple : parce qu’il ne nécessite pas l’impression de vos images de référence, elles passent directement de l’écran d’ordinateur au support à peindre.
  • Plus compliqué : justement parce que l’appareil dépend d’un système informatique qui le rend moins maniable, moins transportable (même avec un portable) et plus fragile.
image-videoprojecteur

Vidéoprojecteur Optoma

Il existe aussi des petits vidéoprojecteurs à LED avec lecteurs USB intégrés, mais leur puissance n’est pas encore assez importante pour projeter fidèlement les détails d’une image.

3 – L’épiscope

L’épiscope est très proche de la Camera Obscura dans son principe; le processus est cependant inversé en y ajoutant une lumière artificielle.

principe-episcope-techniques-de-peintre

Cette image en coupe d’un épiscope vous montre son principe de fonctionnement

 2 avantages de l’épiscope :

  • Il donne la possibilité d’agrandir des dessins originaux opaques, sans avoir à les imprimer sur un film transparent.
  • Il est petit, maniable, solide et facile à transporter

2 inconvénients de l’épiscope :

  • Il ne peut exploiter que des images de petite taille 12 x 12 cm (selon les modèles)
  • Il faut choisir un modèle puissant pour pouvoir faire des grands formats et obtenir une bonne qualité d’image.
Épiscope artograph tracer

Épiscope Artograph Tracer

Épiscope artograph Prisme

Épiscope Artograph Prisme

 

 

 

 

 

 

Peu importe le choix du projecteur, vous procéderez de la même manière pour reporter votre dessin :

Une fois votre image placée sur l’un de ces 3 appareils, le jeu consiste à trouver le bon angle, la bonne distance entre l’appareil et le support à peindre et de trouver la bonne échelle d’agrandissement.

C’est une tâche assez délicate qui demande un certain doigté mais avec un peu de pratique on y arrive…

Astuce : pour éviter les déformations, veillez à placer le projecteur parfaitement en face du tableau et bien aligné au centre du support à peindre. S’il est trop bas, il y aura un rétrécissement du dessin vers le haut ou un rétrécissement sur un des côtés, si le projecteur n’est pas exactement centré.
Le support à peindre, lui, doit être parfaitement vertical.

artograph-tracer-techniques-de-peintre

Quand l’image est en place, à vous de faire le point avec la lentille puis de retracer sur le support, soigneusement, mais légèrement, tous les détails que vous voulez y voir apparaitre.

Exercez votre talent !

La facilité de mise en œuvre de ces techniques de reproduction et d’agrandissement est fascinante mais elle ne doit jamais remplacer votre coup d’œil ni votre sens du dessin.

Si vous souhaitez progresser en dessin, construisez vous-même les croquis que vous agrandirez ensuite sur la toile. C’est une discipline que je vous encourage à adopter systématiquement dans la réalisation de vos tableaux car c’est comme ça que vous développerez un style de dessin et de peinture qui vous est propre.

Et vous, comment faites-vous ?

Faites-moi savoir dans les commentaires en bas de la page
quelle méthode utilisez-vous pour reproduire vos croquis sur vos toiles ?

Autres articles intéressants :

13 Comments

  • Andrée

    Reply Reply 29 septembre 2015

    Bonjour,

    Il existe aussi un appareil, dont mon père se servait, et qui s’appelle le pantographe, mais personnellement, je n’ai jamais su m’en servir…

    Bonne journée

    • Etienne Delvarre

      Reply Reply 30 septembre 2015

      Oui, le pantographe; j’en ai déjà vu un quelque part moi aussi… Très bonne idée, merci Andrée !

  • Mireille

    Reply Reply 29 octobre 2015

    Merci beaucoup Etienne pour les astuces de votre blog, c’est très intéressant, je découvre beaucoup de choses que je ne connaissais pas et j’ai apprécié les démos sur les bulles d’eau et le ciel étoilé ! De mon côté, j’utilise une méthode simpliste mais qui me permet de dessiner sur papier (pour pouvoir gommer, recommencer, peaufiner le dessin jusqu’à ce qu’il me convienne…) et ensuite je décalque tout simplement les grandes lignes au papier calque ! Bien sûr, je dessine directement au format souhaité, parfois sur plusieurs feuilles de bloc accolées… Je ne travaille jamais de très grands formats donc cela me suffit… Je trouve cela moins fastidieux que le quadrillage, et mes croquis préparatoires ne sont qu’une esquisse, une base de départ, que je redéfinis lorsque je peins mon modèle sur la toile… Au fait, j’ai été amenée sur votre blog en visionnant la vidéo-invité sur le blog de Cindy : fantastique, ces coquelicots et bleuets ! Votre travail est si délicat, tout en transparence et en finesse ! Bravo, vraiment ! Je suis bluffée par ce résultat à l’aérographe ! (je m’imaginais que ce n’était qu’un outil pour les taggeurs de rue (dont je ne dénigre aucunement le sens artistique d’ailleurs…) !

    • Etienne Delvarre

      Reply Reply 2 novembre 2015

      Bonjour Mireille,
      la méthode simpliste que vous décrivez est de loin celle qui permet de progresser le plus en dessin: faire progresser le dessin en partant des grandes lignes demande beaucoup de concentration et de talent. Donc bravo à vous et merci pour le retour que vous faites sur mon travail !

  • Marie-Christine

    Reply Reply 7 avril 2016

    Bonjour Etienne,
    Un grand Merci , pour toutes les infos que vous nous expliquez très bien cela permet de nous rafraîchir la mémoire et d’en apprendre beaucoup d’autres même si comme moi on ne fait pas de l’aéréographie , mais plutôt les autres méthodes et médiums comme l’aquarelle , l’huile etc.
    j’ai une méthode pour reproduire un sujet qui est proche du quadrillage mais en plus simple avec moins de lignes mais un peu plus délicate car il faut être très attentif lorsqu’en prend les mesures …..je vais réfléchir pour avoir comment vous la présenter il faudrait que je scanne les 2 modèles et vous l’envoyer ……
    Artistiquement vôtre

    • Etienne Delvarre

      Reply Reply 7 avril 2016

      Avec plaisir Marie-Christine, je suis très intéressé de découvrir votre méthode !

  • joelle mezange

    Reply Reply 18 avril 2016

    Pour moi , lorsque les dessins ne sont pas trop grands j’utilise la plaque lumineuse , une caisse avec une ampoule de lumière froide au fond , une plaque de verre dessus, mon dessin à reproduire et ma feuille par dessus …… je me mets dans le noir ou presque et j’allume l’ampoule, le dessin apparait superbement bien et je trace les grandes lignes, ensuite je l’arrange à ma façon………c’est aussi super !!!

    merci de tt coeur pour tt ce que vs faites……..magnifique !!!!

  • Janine Boudreau

    Reply Reply 12 janvier 2017

    Bonjour Étienne
    J’enseigne aux enfants et aux adultes et je veux que chaque tableau soit unique. J’utilise les grandes lignes. Divise la toile en tier et ensuite on dessine le croquis. L’élève choisit la couleur qu’il préfère et tout commence là. Personnellement j’utilise le projecteur pour agrandir ou pour faire des portraits, mais pour le reste je crée à partir de mes photos en faisant mes propres croquis. Vive l’art, merci pour tout vos bons conseils.

  • Ricaux

    Reply Reply 19 janvier 2017

    Bonjour Je me souviens d’un appareil qui se vendait dans les écoles dans les années 50 . C’était une petite boîte en bois avec un support qui se fixait sur la table. Grâce à un jeu de miroirs , en regardant par le dessus de ce boitier , l’image à copier apparaissait sur la feuille où il suffisait de tracer les contours . C’est malheureusement ce que je ne recherche mais que je ne trouve pas . Dommage cela m’a au moins permis de vous expliquer cette méthode. .Guy

    • Etienne Delvarre

      Reply Reply 19 janvier 2017

      Bonjour Guy, je ne connais pas cet engin mais ça vaudrait le coup de poser la question dans un musée comme celui-ci : http://museedescommerces.com/. Ils pourraient sûrement vous renseigner; si ce n’est sur l’endroit où le trouver, au moins sur son nom…
      Bonne journée

  • RICAUX guy

    Reply Reply 19 janvier 2017

    Bonjour et merci Étienne .En suivant votre conseil, j’en suis arrivé à consulter le musée des arts et métiers :machines à dessiner et voilà la clé . C’est une chambre claire ou caméra lucida la boîte en bois devait servir à fixer l’ensemble et réduire le coût . Merci
    Quand au pantographe , il est constitué d’une pointe montée à une extrémité de l’accordéon en bois une autre pointe sert à suivre le contour du dessin et à l’autre extrémité est fixé un crayon .Le déplacement de la pointe du milieu fait changer la proportion du dessin à obtenir.Cordialement.

  • Sr Maryse

    Reply Reply 25 mai 2017

    Merci Étienne!

    De nous partager tes trucs! Ce qui nous facilite de savoir quoi acheter pour faire ce genre de travail!

Leave A Response

* Denotes Required Field