Le mélange optique des couleurs en peinture

Aujourd’hui,  je vais vous montrer comment fonctionne le mélange optique des couleurs en peinture.

Vous allez voir qu’en utilisant cette technique, on peut même obtenir un cercle chromatique complet à partir des 3 couleurs primaires : Cyan, Magenta et Jaune.

L’idée de vous présenter ce sujet m’est venue en observant les systèmes d’imprimantes à jet d’encre qui fonctionnent par superposition de couleurs.

Mais qu’est-ce que le mélange optique ?

Le principe est simple : plutôt que de mélanger vous-même des pigments dans des petits pots ou sur une palette, vous laissez votre œil faire le travail à votre place…

Par exemple sur une toile blanche, en peignant une zone avec des points jaunes et des points cyan en quantité égale, de loin notre œil interprétera toute la zone comme étant verte.

mélange-optique-cyan-jaune
De loin, l’œil ne parvient pas à distinguer deux couleurs côte à côte.
Le Jaune et le Cyan apparaissent comme une zone verte.

Plus les points de couleurs sont petits plus le mélange dans la rétine se fait facilement.

C’est ça qu’on appelle le mélange optique des couleurs.

En réalité, il s’agit d’un manque de performance de notre acuité visuelle. Notre œil n’est pas capable de faire la distinction d’une couleur précise quand elle est présentée dans un environnement coloré différent.

Les impressionnistes ont beaucoup exploré ce phénomène visuel en particulier ceux qui utilisaient la technique du pointillisme comme Georges Seurat et Paul Signac.

La tour Eiffel de Georges Seurat-Pointillisme en mélange optique
La tour Eiffel de Georges Seurat (détail) – Pointillisme en mélange optique

Les couleurs obtenues par mélange optique sont d’ailleurs plus vives et plus vibrantes que les couleurs obtenues par mélange de pigments.

Les aquarellistes utilisent beaucoup ce principe en superposant des lavis de couleurs transparentes. Les lavis en peinture sont une forme de mélange optique.

Votre imprimante de bureau fonctionne aussi sur ce principe sans avoir recours à aucun mélange d’encre à l’intérieur de la machine.

Imprimante CMJ
Les imprimantes de bureau fonctionnent sur le principe du mélange optique des couleurs.

Illusion d’optique à l’aérographe

Avec un aérographe, on peut très facilement créer ce genre de superposition de couleurs pour donner l’illusion d’un mélange.

Les micro gouttelettes forment de minuscules points de couleurs comparables à ceux des imprimantes à jet d’encre. Ils sont presque invisibles à l’œil nu et il faut une loupe pour pouvoir les distinguer.

Points de trame à la loupe en CMJ

Avec la pulvérisation de la peinture, on peut donc tester rapidement différentes sortes de mélanges optiques et voir comment les couleurs fonctionnent ensemble.

C’est de cette manière que j’ai peint les couleurs de cette flamme d’allumette.

Flamme d’allumette peinte à l’aérographe grâce au mélange optique des couleurs
Flamme d’allumette peinte à l’aérographe grâce au mélange optique des couleurs

Il y a beaucoup de possibilités; autant dans les couleurs chaudes que dans les couleurs froides.

Mais si on veut partir sur de bonnes bases en mélange optique, le meilleur exercice à faire reste la réalisation d’un cercle chromatique complet.

Le cercle chromatique en mélange optique

S’il est réalisé correctement, un cercle chromatique permet de comprendre les relations entre les couleurs.

Pour réussir un cercle chromatique on utilise le Cyan, le Magenta et le Jaune. Ces 3 couleurs sont appliquées sous forme de couches successives qui se chevauchent et se superposent.

Dans mon exemple j’utilise l’aérographe.

Si vous n’êtes pas encore équipé, vous pouvez aussi le faire à l’aquarelle avec des lavis de couleurs.

On pose donc les couleurs en trois étapes : d’abord le Jaune, ensuite le Magenta puis le Cyan.

Si on devait représenter les couches successives, elles se répartiraient de la manière suivante :

les 3 couches Jaune, Magenta et Cyan du cercle chromatique
Les 3 couches de couleur Jaune, Magenta et Cyan du cercle chromatique

Les zones de couleurs plus claires de chaque couche correspondent à une densité de couleur moins importante, environ moitié moins que le reste de la zone colorée.

Je vous ai préparé une petite vidéo de démonstration :

Proportions en CMJ des 12 couleurs du cercle

Pour chacune des 12 couleurs du cercle, les couches se superposent mais dans des quantités différentes. En pulvérisation on joue sur la densité des points, avec un lavis, on joue sur la dilution.

Voici les proportions idéales à respecter en partant du Jaune et en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.

Bien sûr, il est difficile de faire un dosage précis. Fiez-vous à votre œil pour trouver le bon équilibre.

  • Pour faire le Jaune, bien sûr il n’y a que du jaune, donc on peint un à plat à 100% de densité.
  • Pour faire le Orange, il y a une première couche de Jaune et une deuxième couche avec du Magenta à 50% de densité.
  • Pour faire le Rouge, il y a une couche de Jaune et une deuxième couche avec du Magenta en quantité égale, c’est-à-dire à 100% aussi.
  • Pour faire le Rouge-magenta, il y a une couche de Jaune à 50% et une deuxième avec du Magenta à 100%.
  • La case Magenta est remplie à 100%.
  • Pour faire le Violet, il y a une première couche de Magenta et une deuxième avec du Cyan à 50% de densité.
  • Pour faire le Bleu-violet, il y a une couche de Magenta et une deuxième avec du Cyan en quantité égale, donc 100%.
  • Pour faire le Bleu, il y a une première couche de Cyan et une deuxième avec du Magenta à 50% de densité.
  • La case Cyan est remplie à 100%.
  • Pour faire le Vert-cyan, il y a une première couche de Cyan et une deuxième avec du Jaune à 50% de densité.
  • Et enfin, pour faire le Vert-jaune, il y a une couche de Cyan à 50% et une deuxième avec du Jaune à 100%.

Les couleurs de base du mélange optique

Sur du papier ou sur une toile, les couleurs de base du mélange optique sont celles de la « synthèse soustractive », c’est à dire : Cyan, Magenta et Jaune.

CMJ : les primaires de la synthèse soustractive

Comme il s’agit de matière et non pas de lumières colorées, l’œil procède au mélange des couleurs comme s’il s’agissait des pigments sur une palette.

Vous remarquerez que l’utilisation du CMJ permet de créer un cercle chromatique parfaitement équilibré que j’appelle le cercle chromatique universel.

Comme son nom l’indique, il peut être utilisé de manière universelle.

C’est le seul cercle qui soit compréhensible à la fois des artistes, des imprimeurs et des scientifiques.

Il diffère beaucoup de celui de Johannes Itten, traditionnellement basé sur les couleurs : Bleu, Jaune et Rouge.

Le trio Bleu-Rouge-Jaune, traditionnellement utilisé par les peintres depuis la Renaissance est aujourd’hui dépassé.

Nous savons aujourd’hui que le trio Bleu-Jaune-Rouge n’est pas le trio qui permet d’obtenir la plus grande gamme de couleurs, ce qui rend obsolète son utilisation en temps que trio de couleurs primaires.

Alors, si vous êtes peintre, cela vous concerne plus que jamais !

Si vous voulez en savoir plus sur le cercle chromatique universel et le mélange des primaires Cyan, Magenta Jaune, je vous invite à télécharger le livret explicatif que j’ai rédigé pour vous :

« Petite théorie des couleurs au 21e siècle »

Petite théorie des couleurs au 21e siècle

4 Comments

  • Georges

    Reply Reply 3 octobre 2019

    super !
    une technique supplémentaire à connaitre pour un peintre amateur comme moi !
    Bravo et merci de la faire partager !

    • Etienne Delvarre

      Reply Reply 3 octobre 2019

      Merci Georges !

      Oui, cette technique est vraiment très utile une fois qu’on comprend bien comment se comportent les couleurs les unes en présence des autres.

      J’oubliais d’ailleurs de préciser que la superposition des 3 primaires Cyan, Magenta et Jaune crée un noir optique !

      Dans la vidéo, on voit d’ailleurs le noir qui commence à se former au centre du cercle…

  • JeanPierre LaBonté

    Reply Reply 4 octobre 2019

    Enfin je vois et j’identifie mes couleurs. Contrairement á la musique, où tout peut être noté, cartographié, identifé pour laissé place á une exécution musicale interprétée, mon manque de perception de certaines couleurs m’interdisait de saisir les nuances chromatiques et d’inscrire sur une toile mes pensées et mes sentis.
    Votre outil me permet d’encadrer mes productions et de laisser place à ma création.

    • Etienne Delvarre

      Reply Reply 5 octobre 2019

      Merci Jean-Pierre !

      Votre message me réjouit beaucoup.
      Je vois à ce que vous dites que vous avez téléchargé mon petit livret 😉

      Vous comprenez maintenant l’importance de savoir nommer et placer correctement une couleur sur le cercle chromatique.
      Leur donner un nom, c’est leur donner une réalité. Leur donner une réalité, c’est ouvrir les yeux et commencer à les voir…

      Comme vous le dites, c’est un cadre.
      Mais paradoxalement, c’est aussi une libération pour la créativité !

      Moi aussi j’avais besoin d’un système cohérent auquel me référer, parce que je me suis rendu compte que tout ce qu’on m’avait dit à propos de la couleur…était faux.

      Et j’ai encore beaucoup à dire sur ce sujet… Encore merci pour ce retour.

Leave A Response

* Denotes Required Field